Faut-il tuer la vésicule biliaire ?

Quelle place pour une méthode alternative d’expulsion des calculs biliaires ?

Exposé didactique de la question.

Vivre sans vésicule biliaire est un enfer !

Le stock de bile dans la vésicule est indispensable pour digérer les graisses.

Quatre problèmes

  1. On dit aux gens de consommer de omégas = des graisses et on les opère pour enlever leur outil à digérer les graisses, la vésicule biliaire.
    Chercher l’erreur !
  2. Il y a également des vitamines qui sont solubles dans les corps gras ; pas de vésicule =  pas de bile au bon moment en bonne quantité = pas de vitamines : carence !
  3. Après l’opération, la bile est diffusée en continu dans l’intestin : problèmes !
  4. La flore intestinale est affectée par la présence de gras non-digéré.

Alors pourquoi ce « massacre » ?

Pourquoi les chirurgiens français enlèvent-ils 75 mille vésicules biliaires par an si c’est tellement nocif – à long terme – pour la santé ?

 

Trois raisons au nombre très important d’opérations

D’une part les patients ne sont pas informés de la méthode alternative d’expulsion décrite ci-après.

Pourtant elle est utilisée depuis des dizaines de milliers d’années !!!
En particulier un certain Hippocrate décrit la méthode …

Ensuite il faut trouver un-e naturopathe pour accompagner l’aventure … à moins d’être très motivé/informé.

La méthode alternative d’expulsion est de type « médicale ».

Or – pour bien faire – on peut être amené à articuler :

  • un diagnostic amont fait par un chirurgien
  • une « sortie de secours » aval chirurgicale
  • la méthode alternative « médicale » d’expulsion des calculs
  • l’intervention parallèle de l’échographie
  • l’intervention de l’ostéopathe
  • etc.
    Tout ceci avec la collaboration, l’intelligence et la patience du patient.

C’est tellement plus simple d’opérer ! Pourtant …

L’ablation de la vésicule n’empêche pas les calculs !

Même en l’absence de vésicule, les calculs peuvent se produire dans les voies biliaires qui sont dans le foie où la bile est produite !!!

Et ces calculs progressent et deviennent dangereux.

Soit on opère à nouveau – combien de fois ? – soit on se met à la méthode alternative d’expulsion.

Un curieux argument !

On peut lire ici et là : « Il faut enlever la vésicule plutôt que d’enlever les calculs car il peut y avoir à nouveau des calculs. »

Nous venons de voir qu’il peut y avoir des calculs sans vésicule !!!

Dissolution, fragmentation : confusion

Voir l’article « Calculs biliaires » de WikiPédia.

On y lit « L‘inconvénient des méthodes de dissolution ou de fragmentation des calculs biliaires est de fabriquer des microlithiases – des petits calculs.« .

La méthode alternative d’expulsion implique : « L’intérêt des petits calculs est que l’on sait les évacuer ! »

Y-a-t-il des contrindications ?

La situation de base est la suivante :

  1. Soit les calculs sont petits dès le diagnostic
  2. Soit on fragmente des gros calculs pour en faire des petits
  3. La méthode alternative d’expulsion semble possible car les calculs sont suffisamment petits, etc.
  4. Le patient – pour différentes raisons – est motivé à tenter la méthode alternative  d’expulsion
  5. Le patient fait sérieusement la méthode
  6. Soit cela fonctionne = les calculs sont éliminés soit il y a un blocage quelque part et l’opération est inévitable
  7. Ce peut être une opération plus légère de libération d’un calcul par voie naturelle – par la bouche.

L’idéal est de négocier ce processus avec le chirurgien.
Mais très peu de chirurgiens connaissent la méthode alternative d’expulsion des calculs.

On sait parfaitement nettoyer les canaux biliaires

La méthode alternative d’expulsion décrite par Hippocrate conjugue deux effets :

  • provoquer une production importante de bile
  • déclencher le réflexe d’expulsion

1. Il faut « mettre la pression »

Les plantes dites cholérétiques amènent une production de bile par le foie donc une pression qui pousse les calculs vers la « sortie ».

Cholérétiques 1
Le chardon marie, le romarin, l’aigremoine, le chicorée, l’artichaut, le pissenlit, le chardon béni.
Cholérétiques 2
L’eupatoire, l’absinthe, la petite centaurée, la mélisse se prennent en tisane. On a également, la sauge, le verge d’or, le buis, le fumeterre, le thym et le liseron des prés.
Cholérétiques 3
Le curcuma, la rhubarbe, le radis noir, la bourdaine, la menthe, le chiendent, l’oignon, la bourrache, la piloselle et la chélidoine.

2. Faire progresser les calculs

En même temps que l’on met la pression il faut inciter la tubulure à « pomper ».
C’est le rôle des cholagogues de déclencher le réflexe d’expulsion.

Les cholagogues sont souvent les mêmes plantes/produits que l’on prend pour la constipation.

Le sulfate de magnésium – sels d’Epsom – est très efficace !

Le jus de pruneau concentré ou le sorbitol qui en est extrait.
Le tamarin, le sené, l’aloe vera.

Le matin à jeun on prend une cuillère d’huile d’olive avec du citron pour déclencher le réflexe de dégagement de la vésicule biliaire.

Une aventure de quelques jours

Si l’on choisit la méthode alternative d’expulsion  – cholérétique + cholagogue – il faut s’attendre à une aventure.

Il faut pouvoir être tranquille chez soi quelques jours puisque, en prime, on aura des diarrhées.

On aura également une jaunisse puisque – provisoirement – les calculs vont boucher la voie biliaire.
D’où l’intérêt de l’accompagnement d’un-e naturopathe qualifié-e en la matière pour rassurer ; en effet le médecin qui voit une telle jaunisse envoie le patient à l’hôpital !

Enfin on aura des douleurs qui peuvent être par moment intenses !!!
Prévoir des antalgiques.

Surtout ne pas s’arrêter !

Un calcul qui arrive en fin de canal cholédoque peut bloquer le canal pancréatique.
Pour éviter ce risque, on surveille l’avancée des calculs par échographie.

Il faut donc gérer en parallèle :

  • la méthode alternative d’expulsion avec un-e naturopathe
  • le contrôle par échographie

Coup de pouce mécanique

Un ostéopathe peut aider le calcul à franchir le dernier centimètre de canal vers le sphincter d’Oddi.

On évite ainsi le risque de pancréatite.

Attention : il s’agit ici d’un docteur en ostéopathie avec qui l’on aura vu la méthode alternative d’expulsion en amont.

olive-oil-bar

.

.

.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s